_ Thèmes
avec variations
TRADUCTIONS
DE LITTERATURE
Nikolaï Karetnikov _

1991
Préface de Anatoly Kim
Traduction du russe Alexis Berelowitch
150 pages    11,5x20    Illustré     16,50 Euros
EAN 9782705802073
kn_theme.GIF (39784 octets)

Nikolaï Karetnikov, compositeur russe, fut condamné au silence pendant 30 ans. Célèbre compositeur de musique dodécaphonique, de ballets et de musiques de films, ses œuvres furent présentées dans le monde entier.
Premier témoignage qui nous parvient de Russie sur le monde de la musique : nous voyons apparaître Chaliapine, Chostakhovitch, Khatchatourian, Fellini et Masina, Stravinsky, Pasternak ... L'ensemble de ces récits autobiographiques nous offre un tableau de la société russe de la fin des années 40 au début des années 70 et illustre des phénomènes tels que la peur des services secrets, les lâchetés qu'elle a entraîné, le cynisme des personnages hauts placés, l'analphabétisme culturel des dirigeants, le conformisme étouffant régnant dans le monde artistique et littéraire, la lutte des autorités contre les œuvres tristes, noires ou tragiques, les difficultés auxquelles se sont heurtés Karetnikov et tous ses semblables pour avoir refusé de se ''couler dans le moule'', le regain de la religion, l'antisémitisme ...
Toutefois, le tableau n'est pas totalement noir, car il nous montre, avec humour, des êtres qui ont su maintenir une vie intellectuelle intense, qui n'ont jamais accepté aucun compromis avec le pouvoir soviétique, malgré le poids étouffant des décrets et des interdits officiels.

Nikolaï Karetnikov est né le 28 juin 1930 à Moscou. En 1948, il achève ses études à l'Ecole Centrale de Musique pour les enfants surdoués. En 1953, il termine ses études au Conservatoire de Moscou dans la classe de Chebaline. En 1955, il devient membre de l'Union des Compositeurs, et en 1966, membre de l'Union des Cinéastes.
Il est mort à Moscou le 9 octobre 1994.
Auteur de la musique de plus de soixante films et de plus de quarante spectacles dramatiques. Depuis 1963, lorsqu'on a interdit les ballets au Bolchoï jusqu'en 1985, on ne joua qu'une seule fois la musique de Karetnikov en public Symphonie pour Orchestre de Chambre.

Comm@nder